Montées des froids

 

 

 

A toi… je peux bien jurer…
sur ce que mon bleu saisi de plus précieux dans le vivant déployé
et ses parcelles d’espérance jetées à travers mondes
que parfois la colère submerge notre pied à ciel,
en vagues de terre elle malmène les flots de conscience,
ça colle aux yeux, ça poisse l’espoir
et dans cette montée des froids
on s’en veut autant qu’on en veut à la source
qui nous frisonne de honte grêle.

Je te l’assure, c’est idiot… mais oui c’est vrai…
que je les espérais un peu des nôtres
ces autres
dont je croisais des grains de tendresse mis en politesse
au carrefour de mes détours,
aux nervures de nos fêlures fossilisées de l’existence.
J’espérais tu sais…
voir le courant de leur mémoire effacée
s’inverser
face à l’extrême nécessité d’élancer
nos mains tendues pour se souvenir
de ce que nous avions appris
des profondes entailles infligées
à la chaire torturée
de notre uni vers,
mais de tout ce que le regard croise
de leur part d’obscure
je me fais réceptacle volontaire
des puanteurs remontant de leur plaie au cœur.
Continuer la lecture de Montées des froids

 

 

l’hivers s’annonce doucement
embrassant l’automne au matin
dans les brumes d’un printemps qui s’éteint,
les cycles offrent le plaisir
de se « souvenir de demain »

 

 

photo, mots : Bérénice.L

6 octobre 2017